lundi 4 mai 2020

Congrue

Précédemment dans "Retour à la crèche", l'allocution présidentielle du  13 avril est un peu notre phare dans la nuit, les crèches vont rouvrir le 11 mai. Comment la crèche de Grande Fille va concilier la disponibilité des équipes encadrantes, la responsabilité sanitaire et l'attente des parents ?

Nouvel épisode, nous venons d'avoir des informations plus précises sur l'organisation de la crèche de Grande Fille. Si l'établissement rouvre, c'est en n'accueillant qu'une portion congrue d'enfants. Seuls 10 enfants (toutes classes d'âges confondues) sur les 45 inscrits. Des enfants sont logiquement prioritaires, par exemple ceux dont les parents ne peuvent pas télétravailler. Ce n'est pas notre cas.

D'un point de vue organisation, ça semble un sacré bazar. Les 10 enfants des trois classes d'âge devront se retrouver dans une seule et unique pièce. Le personnel de la crèche est donc en train de réaménager l'espace pour pouvoir occuper au mieux les plus petits qui rampent à peine et les plus grands qui courent et grimpent partout.

L'ouverture ne sera pas le lundi 11 mai mais le mardi 12. La journée du 11 va être consacrée à la formation du personnel pour les nouveaux gestes, les nouvelles habitudes à prendre et les nouvelles interdictions. J'aimerais bien en connaître le détail. Quelles précautions et quels gestes barrières faut-il faire pour changer la couche d'un enfant ou pour le consoler en cas de gros pleurs ? Une seule et unique journée pour se former, pour finaliser la mise en place de la salle d'accueil.

Je sais que la Mairie de Paris fait du mieux qu'elle peut, comme surement toutes les communes concernées. On peut se demander l'intérêt réel de rouvrir des établissements pour moins du quart de l'effectif habituel. Dans l'Education Nationale, un protocole de 63 pages a été mis en ligne. Les jouets, les dinettes, les toboggans et les livres sont interdits ! Les maires, les directeurs d'école, les syndicats enseignants disent la même chose. Cette réouverture est absurde.

Toute cette agitation ne va-t-elle pas augmenter le danger d'un retour du virus ? Si cette reprise forcée redonne un coup de fouet au virus, je vois bien les ministres revenir la bouche en coeur : "on vous avez prévenu, le nombre de nouveaux malades est devenu trop élevé, la date du 11 mai est donc remise en question". Ce sera toujours de la faute des malades si ça se passe mal, jamais de la faute de ceux qui poussent à une reprise rapide pour relancer l'économie.

Le doute s'immisce pour la suite. Il y a de fortes chances que ce soit la fin de la crèche pour Grande Fille. Ensuite, va-t-elle pouvoir découvrir et profiter du centre de loisir avant la rentrée de septembre ou eux aussi seront réduits à la portion congrue ? L'avenir est toujours aussi flou. Espérons que tout s'éclaircisse dans les semaines à venir...


Encore tant de jours avant le retour à la normale, heureusement qu'il y a encore de superbes nouveautés qui sortent :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire