lundi 25 mai 2020

Contour

Deux semaines, voilà deux semaines que le déconfinement a commencé. Si mes calculs sont bons, ça fait donc 10 semaines que nous sommes confinés. Plus de 70 jours que je n'ai pas vu un collègue en vrai. Tout autant de jours que je n'ai pas commandé un plat au restaurant ou une bière au bar. Heureusement que l'apéro quotidien en famille me permet ce doux moment d'hésitation, le temps de choisir entre un verre de Kwak ou un verre de Paix Dieu... Ça fait donc deux semaines que le déconfinement a commencé, une semaine et demi que l'on sait qu'on pourra partir en vacances (en France, pas à l'étranger malgré les appels du pied de l'Espagne) et quelques jours que nous avons la date fortement probable du second tour des élections municipales. Ecrire ce récapitulatif me montre que nous ne sommes pas oubliés, que des nouvelles tombent régulièrement pour dessiner les contours du monde d'après. C'est rassurant surtout que j'ai la nette impression qu'un silence assourdissant entoure les jours à venir.

Peut-être que cette impression est due à mon nouveau mode de confinement. Etant en famille, je ne passe plus mes fins de soirées devant FranceInfo. Cette absence de ressassage des mêmes informations, des mêmes déclarations m'a donné l'impression que notre gouvernement nous avait un peu oublié depuis qu'il nous avait légèrement ouvert la porte le 11 mai dernier. Autre point qui ajoute à cette impression d'abandon, l'absence de mise à jour de la page info-coronavirus du gouvernement. Sa dernière mise à jour est indiquée de façon ostentatoire avec un petit point clignotant. Elle date du 13 mai 2020 à 19h30 ! Il n'y a pas de changement non plus sur la carte de synthèse de l'épidémie dans les départements. Depuis le 7 mai cette carte n'évolue plus. J'ai tout de même un doute sur le fait qu'elle soit toujours mise à jour. Du 30 avril au 6 mai, il y avait des changements de couleur tous les jours. Puis est arrivée la suppression des départements orange et la fixation des régions rouge du nord et de l'est de la France. Pour les habitants de ces régions, rien de neuf sous le soleil, même pas une petite tendance qui viendrait apporter une lueur d'espoir pour le début du mois de juin.

Le gouvernement a promis un nouvel état des lieux la première semaine de juin. Il est donc normal d'attendre. Candidement j'espérais que le 2 ou 3 juin serait la date d'application des nouvelles mesures selon l'avancée ou plutôt le recul de l'épidémie. Ce qui signifiait (dans mon esprit impatient) que cette semaine on aurait déjà des informations à se mettre sous la dent pour esquisser le contour de la deuxième phase du déconfinement. A l'horizon, nous ne voyons toujours rien venir à part le soleil qui poudroie et l'herbe qui verdoie...

Nous n'avons donc toujours pas de nouvelle d'une éventuelle évolution des capacités d'accueil de la crèche. Dix semaines que Grande Fille joue seule ou avec ses parents et grands-parents. Heureusement qu'on a migré vers l'Oise, elle a pu retrouver les joies du toboggan (bonheur toujours proscrit à Paris, rappelons le) à défaut de retrouver des camarades de jeu de son âge. Je m'inquiète de plus en plus de la façon dont se passera sa rentrée en septembre si elle finit par rester 6 mois entier rien qu'avec ses parents... La séparation et le changement de rythme risquent d'être violents !

J'espérais aussi avoir un peu plus de nouvelles sur la fameuse restriction des 100 km. Pas spécialement pour moi, maintenant que j'ai bougé à 75 kilomètres de mon domicile. Mes vacances d'été sont prévues pour août. On vient de réserver une semaine en plein département rouge. L'espoir nous fait dire que ces restrictions auront pris fin d'ici là. J'attends la fin des 100 km pour tous mes proches qui aimeraient retrouver leurs habitudes et leurs familles qui dans le sud, qui en Bretagne, qui sur la côte Atlantique. Je l'attends aussi car c'est une des rares consignes dont je ne comprends pas l'intérêt. Je me dis que si son sens est abstrait, il y a des chances qu'elle soit la première à sauter début juin.

Devant cette absence (relative) d'informations, vivement qu'on en sache plus sur les contours de notre prochaine phase de déconfinement. Au pire il y a encore une semaine à attendre. Qu'est-ce que 7 jours quand on en a déjà 70 derrière nous ?

En attendant, une chanson qui me donne toujours la pêche, plutôt utile en début de semaine :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire