mardi 19 mai 2020

Consultation

Lundi soir le conseil scientifique a donné son avis sur la tenue des élections municipales. Dès le début le conseil avoue que le timing est assez mauvais pour être consulté. Leur demander un avis pour savoir si un vote peut se tenir dans un mois alors que nous sommes déconfinés partiellement depuis à peine une semaine leur semble (surement à juste titre) assez prématuré. Dans son rapport, on voit que le conseil prend beaucoup de pincettes pour annoncer son avis. A première vue, ils n'ont plus envie de se mouiller après l'épisode de la réouverture des écoles. Est-ce qu'on s'approche de l'auto-censure présidentielle (se taire pour ne pas déplaire au souverain) ?

Je suis totalement en phase avec ce rapport qui semble être écrit autant sous le bon sens que sous la recherche scientifique. Dans leurs conclusions, ils annoncent par exemple : "Le Conseil scientifique souligne que d’un point de vue sanitaire, la tenue d’un seul tour de scrutin, quelle que soit la date retenue, est de nature à réduire les risques sanitaires au sens statistique." En effet, si on ne sait pas de quoi sera fait demain, autant essayer tant faire se peut de ne consulter qu'une seule fois les Français plutôt que deux. De même, recommencer toute une campagne électorale, avec ce que ça implique de serrages de mains, de distributions de tracts, de meetings, présente bien plus de risques que de finir une campagne commencée il y a de nombreux mois et dont les acteurs sont à présent bien connus des électeurs.

Je suis favorable à la tenue de ce deuxième tour du scrutin fin juin. Cela fera un mois que le déconfinement aura débuté, que les magasins auront rouvert, que les transports en commun auront repris. Ca signifie que les gens auront pris l'habitude des files d'attente car pas plus de 2 clients dans un magasin. Ils auront aussi quasiment tous un masque (entre les distributions des municipalités, celles des employeurs et les ventes libres) et auront l'habitude de le porter à certains moments (peut être pas toujours très bien mais c'est toujours mieux que rien pour les personnes qui les entourent).

Le conseil scientifique donne plusieurs recommandations pour le jour du scrutin. Bonne nouvelle, la plupart des dispositions ont déjà été mises en place lors du premier tour. Pour le déroulement de la journée de vote, les voici :
  • Le Conseil scientifique recommande que les personnes à risques en raison de leur âge ou de leur état de santé ne soient pas membres de bureau de vote.
    Elles ont le droit d'aller voter, mais autant éviter qu'elles soient toute la journée dans le bureau de vote.
  • Il est par ailleurs recommandé de prévoir une file permettant d’accueillir les personnes à risque en raison de leur âge ou de leur état de santé.
    Nous n'avions pas fait ça explicitement lors du 1er tour mais nous avions pour consigne de faire voter en priorité les personnes les plus âgées. C'est aussi ce qu'on fait lors des autres scrutins pour les personnes montrant des difficultés à se déplacer. A voir avec la participation mais au premier tour ou lors des élections européennes ou régionales, l'affluence n'est pas non plus celle de l'élection présidentielle et les files d'attente sont rares.
  • L’ouverture de portes ou fenêtres doit permettre l’aération et la ventilation du bureau de vote grâce à. Les rideaux d’isoloir ne doivent pas être manipulés. 
  • Une paroi de protection en plexiglass (ou analogue)peut limiter l’effet de projections.
    C'est une des recommandations les plus difficiles à mettre en place sauf si une visière suffit.
  • Le port de masques est préconisé pour les électeurs, qui doivent pouvoir en disposer. Le port de masques chirurgicaux (et non de masques grand public) doit être obligatoire pour les membres du bureau et les personnes participant à l’organisation du scrutin, qui doivent aussi bénéficier d’une visière de protection (avis du HCSP du 13 mai 2020).
    Je ne comprends pas très bien la nuance sur les masques chirurgicaux ou grand public surtout quand on voit que les entreprises fournissent à leurs employer la deuxième sorte pour leur activité quotidienne.
  • Le lavage des mains avec une solution hydro-alcoolique doit être mis en place à l’entrée et à la sortie du bureau de vote pour les électeurs. Les membres du bureau de vote doivent bénéficier d’un point d’eau accessible pour se laver les mains régulièrement.
    C'était déjà le cas lors du 1er tour dans mon bureau de vote et ça rassurait bien les électeurs.
  • Seul l’électeur doit toucher sa carte d’identité, dont la manipulation par les membres du bureau de vote doit être évitée. L’usage de la carte électorale est inutile.
    L'usage de la carte électorale n'est jamais très utile. Elle permet d'avoir un souvenir de l'élection et nombreux sont les électeurs à réclamer le fameux coup de tampon.
  • Les électeurs doivent être encouragés à utiliser un stylo personnel. Lors du 1er tour, je dirais qu'au moins 3 électeurs sur 4 étaient venus avec son propre stylo.
  • Le respect des distances minimales (1 mètre au moins de chaque côté) évite la contamination respiratoire et manuportée par gouttelettes. Ce critère est renforcé par le critère des 4m2 par personne statique dans un espace clos.
    Je n'arrive pas vraiment à me représenter l'espace que ça demande mais je vois mal la table de vote avec l'urne et les livrets d'émargements permettre le respect de cette contrainte. Surtout si le président et ses assesseurs ont un masque et se lave les mains régulièrement.
  • Un nombre limité de personnes doivent présentes en même temps dans le bureau de vote. Les électeurs doivent être encouragés à voter aux heures creuses du bureau (matin). Les files d’attente éventuelles doivent être organisées à l’extérieur, de préférence à l’air libre.
    C'est déjà ce qui a été fait lors du premier tour. Je pense que c'est encore plus facile à mettre en place et à faire respecter avec les habitudes prises depuis mi mars.
  • Les horaires d’ouverture des bureaux de vote peuvent être étendus, et les électeurs en être informés, afin de limiter le nombre de personnes présentes au même moment.
    A Paris, on est ouvert de 8h à 20h. Plus long ça va être très long pour ceux qui tiennent le bureau de vote et surtout pour ceux qui doivent assurer ensuite la collecte des résultats.

Pour le dépouillement, le conseil scientifique recommande de limiter la venue du public pour suivre les opérations de dépouillement. Pour garantir les distances de sécurité, il faudra surement réduire le nombre de scrutateurs volontaires pour dépouiller. Ca prendra un peu plus de temps à comptabiliser tous les votes mais ça ne gênera pas vraiment le déroulé de la fin de journée.

La tenue du deuxième tour des municipales doit pouvoir se tenir fin juin. Sauf arrivée d'une deuxième vague, rien ne devrait pouvoir empêcher cette consultation. Les électeurs devraient être en confiance, ils auront été déconfinés depuis un mois et demi. Les bons gestes seront devenus des bonnes habitudes et tous les autres lieux accueillant temporairement du public devraient être ouverts, à part les salles de spectacles mais les électeurs restent moins longtemps dans un bureau de vote qu'assis devant une pièce de théâtre. Le conseil scientifique a raison de vouloir que la tenue du scrutin soit confirmée deux semaines avant la date afin de pouvoir réagir. Même si le conseil constitutionnel n'est pas de cet avis, je pense qu'en cas de report pour causes de conditions sanitaires non respectées dans tout le pays, alors le deuxième tour doit pouvoir se tenir plus tard dans l'année sans avoir à recommencer toute une campagne électorale.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire