vendredi 8 mai 2020

Complexe

L'étape 0 de la première phase de préparation pour envisager le déconfinement s'est tenue aujourd'hui. Le Premier Ministre et de nombreux ministres sont venus présenter les nouvelles règles qui s'appliqueront le 11 mai.
Première bonne nouvelle, ils ne sont pas revenus sur les grands principes (au détail près que la carte du déconfinement qui ne devait pas être régionalisée mais départementalisée pour prendre en compte les spécificités du territoire est finalement régionalisée car le niveau de tension dans les hôpitaux et la saturation des services de réanimation «se conçoivent à l'échelle régionale»).
Deuxième bonne nouvelle potentielle, comme tous les ministres ont parlé au même endroit, le même après-midi, on devrait pouvoir éviter une cacophonie dans les jours suivant avec de nouvelles annonces et de nouvelles explications contredisant celles de la veille.
La suite s'annonce complexe. Une sorte de début de déconfinement semble se mettre en place ou n'est-ce qu'un allègement du confinement ? Le retour dans les écoles est déjà complexe. La gestion des flux de passagers dans les transports en commun s'annonce complexe, tout comme la reprise du travail et la fin du télétravail forcé.

Prenons exemple sur ma société. J'ai déjà dit qu'ils prévoyaient un retour progressif qui doit s'étaler jusqu'à mi-septembre. Ce retour va se faire en trois phases. La première débute le 11 mai et va concerner l'encadrement. Leur objectif, s'assurer que tous les locaux sont prêts à accueillir des personnes avec toutes les règles sanitaires qui vont avec. Vous verrez plus bas que ce n'est pas une mince affaire...
La deuxième phase débute la semaine d'après (donc à partir du 18 mai) et doit durer 2 semaines. Les managers doivent rencontrer tous les salariés (ça sera rapide, on est une minorité face aux prestataires), dans l'idée de préparer individuellement le retour au collectif. Ce doit être l'occasion de parler organisation, volonté et planning de télétravail. L'objectif derrière cette phase est de déminer le terrain, de sonder l'état des personnes pour éviter ce qu'on appelle les "Risques Psycho-Sociaux". Un cadeau de bienvenue avec masques réutilisables, gel et fiches explicatives attendra ceux qui viendront travailler sur place.
La troisième phase, le retour à la normale, devrait durer du 1er juin à mi-septembre. Ce temps long doit permettre de gérer des aléas comme une deuxième vague d'épidémie. Ca permettra aussi d'aborder un peu plus sereinement l'utilisation des transports en commun, qui reste pour moi le plus gros point noir pour un retour à la vie d'avant en région parisienne. Durant une bonne partie de cette phase, nos open-spaces devraient être peuplés à 25 % de leur capacité.

La vie dans les locaux devrait ressembler à ceci au moins dans les premières semaines à venir :
  • Dans l'open-space, on devrait être seul sur nos bureaux pouvant accueillir jusqu'à 5 personnes
  • Les ascenseurs seront fermés. Un sens de circulation sera mis en place dans les escaliers pour éviter de croiser les rares personnes présentes dans le bâtiment (j'imagine un escalier dédié à la montée et un dédié à la descente)
  • Les machines à café et les fontaines à eau seront hors service
  • Pour la pause déjeuner, la cuisine de la cantine est fermée et les micro-ondes mis hors service.
  • Le réfectoire sera ouvert. Il accueillera les travailleurs qui devront manger seuls, distanciation sociale oblige. Interdiction de manger à son bureau.
  • Il faudra donc manger froid ou se faire livrer en cautionnant les Uber eats et consorts...
  • Pour les toilettes, tout le monde est invité à utiliser les toilettes pour handicapés afin d'éviter des rencontres trop proches aux lavabos des toilettes.

L'avantage pour ceux qui seront dans les locaux, c'est qu'ils devraient être au calme, pas ou peu déranger par les collègues voisins mais surtout pas déranger par les enfants qui n'ont toujours pas repris l'école. Ici il faut avouer qu'avec Grande Fille, ça commence à se compliquer. Si elle acceptait assez bien la situation au début, à présent elle réclame de plus en plus d'attention, ce qui est compréhensible. Heureusement elle sait nous demander avec des mots plus que convaincants de prendre du temps pour elle. Cette semaine elle a demandé à sa mère d'arrêter de travailler, de faire la grève car elle était pas contente du travail ! Grande Fille va croire que son préavis de grève a marché, je débute une semaine de congés.


Pour finir, un dernier hommage à Dave Greenfield, clavier des Stranglers, ici dans un clip très... hospitalier.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire