vendredi 17 avril 2020

Compétition

Ce week-end j'aurais dû être à Vienne, en Autriche. Un peu de tourisme mais surtout le moment fort de mon activité sportive de l'année, mon marathon annuel. Après avoir couru deux années de suite le Marathon de Paris, je me suis mis en tête d'allier course à pied et voyage. Tout a commencé par San Francisco en 2018, puis Rotterdam en 2019. Le millésime 2020 devait donc faire la part belle à l'Autriche, à la ville de Klimt et du premier marathon de l'histoire couru en moins de deux heures !

Pour moi ce marathon était mort d'avance. Début mars mon médecin m'annonce le combo gagnant du coureur de fond : tendinite et syndrome de l'essuie-glace. L'idée était de reprendre tout doucement, de me mettre au vélo et de reprendre la compétition petit à petit.

Ce week-end, j'aurais dû être à Vienne. J'aurais pris mon dossard, vécu l'effervescence du village de la course, goûté à adrénaline du départ. Je n'aurais surement pas fini la course, la préparation n'aurait pas suffit. C'est le côté positif de ce confinement mondial. Le repos forcé pour se refaire une santé. L'annulation de la course pour ne pas avoir de regret.

Bien sûr pour une annulation qui sauve l'égo d'une personne, il y a des milliers de compétitions annulées, reportées, des millions de sportifs professionnels ou amateurs qui ont peut-être perdu l'occasion d'une vie. Une pensée pour les sportifs qui ont tout fait pour être prêt pour les JO de 2020.

Pour de nombreuses compétitions, c'est la dernière ligne droite qui est rongée.
En football, on s'oriente vers une fin de championnat à huis clos. L'équité sportive sera peut-être respectée, chacun jouera sa chance jusqu'au bout, mais qu'est ce qu'un match de foot sans supporter ? Le football ne serait qu'un produit, comme un film, fait pour faire monter l'audimat de Canal+ et BeIN ?
En handball, le PSG Hand est champion 9 journées avant la fin, la Ligue de handball ayant pris la décision que ça ne servait à rien de jouer des matchs si aucun supporter ne pouvait venir dans la salle. La décision va être un peu plus difficile pour les femmes. Pourra-t-on départager Brest et Metz (qui sont à égalité) ou seront-elles désignées toutes deux championnes ? Le point positif pour ces deux championnats, ils accueilleront deux clubs supplémentaires la saison prochaine, pas de relégation mais deux promotions. Cette épidémie pour ces 4 clubs est aussi un Noël avant l'heure.

Pour l'année 2020, la maxime "l'important est de participer" peut être remise momentanément au placard. Cette année, je choisis "reculer pour mieux sauter" et rendez-vous en 2021 pour de meilleurs moments sportifs.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire