dimanche 8 novembre 2020

Combo

Ce mardi Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a tenté de lancer le combo gagnant : Confinement + Couvre-feu. Immédiatement le chef du gouvernement l'a recadré pour dire que ce n'était pa sà l'ordre du jour même si la préfecture de police de Paris avait émis l'hypothèse. Il semblerait qu'à Paris le confinement ne soit pas correctement respecté, voire même que certains établissements continueraient à accueillir des clients... On notera que ce gouvernement, toujours prompt à mettre en avant le nombre de verbalisations n'évoque pas ici de sanction envers les patrons récalcitrants. A se demander si ces situations existent réellement.

Plus tard cette semaine, la préfecture de Paris et la mairie de Paris ont décidé de durcir le confinement en le combinant avec l'interdiction de la vente à emporter et de la livraison de repas après 22h.  Contrairement à des pleureurs professionnels, je ne m'inquiète pas de comment vais-je faire pour me sustenter le soir (je ne crois d'ailleurs pas avoir commander la moindre fois après 22h). Mais je m'interroge de l'intérêt de la mesure. Considère-t-on qu'il y a plus de risques de contamination ou de création de clusters si le livreur de pizzas nous amène une 4 fromages après 22h qu'à 20h ? Les livreurs ne risqueraient rien entre 12h et 22h en allant d'immeuble en immeuble, de digicode en digicode en revanche après 22h, tous aux abris ?

Ce vendredi, Libération publiait un article montrant que de nombreuses entreprises, tout secteur d'activité confondu, ne respectait pas la règle du télétravail généralisé. Dans ces entreprises, ce sont des consignes de la direction refusant le télétravail (ces interdictions devraient pouvoir être sanctionnées un tribunal) ou un flou volontairement entretenu par les managers pour laisser ceux qui ne veulent pas se confiner. J'avais déjà donné l'exemple de ma boîte. On a battu un record ce jeudi avec 25 personnes présentes.
Autre indice d'un mauvais respect du confinement, le décompte du nombre de cyclistes passant rue de Rivoli. On observe que la fréquentation ne diminue même pas de moitié entre la dernière semaine avant le reconfinement (7906 passages en moyenne) et cette semaine (4612 passages en moyenne). A titre de comparaison, la première semaine d'avril, en plein véritable confinement, il y avait en moyenne 1067 passages par jour (mais à l'époque il y avait moins de cyclistes qu'aujourd'hui). La différence est encore moins marquée Boulevard Sebastopol

Nos autorités (gouvernementales et locales) ont-elles raison de chercher à tout prix de durcir le confinement le soir alors qu'elles semblent être bien permissive envers les resquilleurs au télétravail ? Encore une fois toutes ces décisions manquent de cohérence. Ils cherchent à empiler les mesures à la recherche du combo gagnant sans prendre le temps de la réflexion, sans se baser sur des constats chiffrés. Ou alors ils ont des chiffres justifiant leurs mesures et dans ce cas, présentez les, expliquez les. Au fil des années, tous les gouvernements répètent qu'ils doivent faire preuve de pédagogie pour faire passer leurs réformes. Faites preuve de pédagogie pour vos mesures sanitaires. Et vous verrez que les gens seront plus réceptifs, ou peut être qu'en tentant de les expliquer vous comprendrez qu'elles n'ont aucun sens. Vous éviterez ainsi un certain embarras.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire